Prix du livre philosophique

Pour la seconde année consécutive, une classe de terminale du lycée Jacques Amyot participe au prix du livre philosophique. Il s’agit d’un prix national, pour lequel les élèves ont à lire trois ouvrages sélectionnés par les enseignants de philosophie organisateurs du prix. Vers le mois de mai, les élèves votent pour leur ouvrage de prédilection et je transmets le résultat de leurs suffrages pour que ces derniers soient intégrés au vote national.

L’an passé, trois ouvrages étaient présentés :

  • Réclamer justice de Paul Audi
  • Rupture(s) de Claire Marin
  • On ne naît pas soumise, on le devient de Manon Garcia

Malgré le confinement, nous avons réussi à mener le projet jusqu’à son terme grâce à la volonté et l’enthousiasme des élèves. La classe de T1L qui a participé au prix a élu ex aequo les ouvrages de Claire Marin et de Manon Garcia. Au niveau national, c’est l’ouvrage de Claire Marin qui a remporté le prix. Ces différentes lectures ont donné lieu à des débats et des échanges très fructueux entre les élèves accompagnés de questionnements à la fois riches et argumentés. En fin d’année, les élèves ont eu connaissance des résultats nationaux et la participation et les suffrages du lycée Jacques Amyot ont été édités nationalement.

Cette année, trois ouvrages sont en compétition :

  • Manières d’être vivant de Baptiste Morizot
  • Par ici la monnaie de Paul clavier
  • La liberté intérieure de Claude Romano

La participation à ce projet présente de nombreux avantages pédagogiques pour les élèves.

En premier lieu cela participe à leur prise de conscience que la philosophie est une discipline vivante, disposant d’auteurs contemporains qui mènent des réflexions sur des questions qui se posent aujourd’hui (ainsi les élèves perdent leur représentation première naïve de la philosophie avant l’entrée en classe de terminale selon laquelle tous les auteurs étudiés seraient nécessairement morts). À ce titre, la lecture d’ouvrages édités durant l’année en cours constitue une véritable richesse pour eux.

Par ailleurs,  la lecture de ces ouvrages leur permet une nouvelle approche de questions actuelles qui les concernent et un enrichissement de leurs réflexions.

De plus, les séances d’échanges sur les livres et de préparation au vote permettent aux élèves d’argumenter leurs propos à l’oral pour défendre l’auteur qui a remporté leurs suffrages, et de développer de manière à étayée les aspects de l’ouvrage qui ont retenu leur attention ou qui les ont particulièrement intéressés. En outre, lors de ces séances, les élèves peuvent apprendre à argumenter leurs pensées et à s’ouvrir à un débat contradictoire avec leurs camarades. Il est à noter que ces débats peuvent être animés (mais toujours dans le respect de l’opinion de l’autre), et conduisent parfois à ce qu’un élève modifie quelque peu son opinion départ.

Enfin, tout au long de l’année, les élèves ont la possibilité de rendre des comptes rendus écrits de leurs lectures.

Je tiens à remercier particulièrement les services de l’intendance du lycée ayant permis d’acheter quelques exemplaires des ouvrages, dispensant de ce fait les élèves de les acquérir par eux-mêmes.

Emmanuelle Bardos-Schlemmer (professeur de philosophie)